Mon expérience ayurvédique


0 Flares

0 Flares


×

Blog-lovely-lovely-trends-15-jours-Sri-lanka-voyage-temple

Hello hello,

aujourd’hui je souhaitais vous parler d’ayurvéda. Mais qu’est ce que l’ayurvéda ? me demanderez-vous.

J’ai moi-même découvert cette notion il y a quelques mois seulement, lors d’un stage. Alors laissez-moi vous raconter.

J’ai en effet suivi un stage de nutrition ayurvédique passionnant (j’y reviendrai dans un prochain article). Suite à ça , je me suis beaucoup intéressée à l’ayurvéda au travers de différents ouvrages.

L’ayurvéda est une médecine traditionnelle indienne qui date de plus de 5000 ans. Elle est liée à un mode de vie sain et à une approche holistique, (c’est à dire qu’on considère le corps et son environnement dans sa globalité. Tout est lié). « Ayur » signifie science en sanskrit et « Veda » signifie la vie. L’ayurvéda pourrait donc être traduit par la science de la vie.

C’est une médecine qui vise à garder les gens en bonne santé. Quand la médecine occidentale traite et soigne des symptômes, cette médecine indienne va chercher à traiter la cause. Mais ici on ne traite pas une maladie, mais une personne. Car d’après les textes fondateurs de cette médecine, chaque personne est unique et réagit différemment aux maladies. C’est donc très complémentaire. Et si on suit les conseils de ce style de vie sain, apriori on a de fortes chances de garder un corps en excellente santé et ce pour très longtemps.

Pour rester en bonne santé, l’ayurvéda prône donc un retour à sa véritable nature en accord avec les 5 éléments qui constitue l’ensemble des objets et êtres vivants qui nous entourent. Toujours d’après cette science millénaire, chacun naît avec une constitution qui lui est propre. Rien de très extravagant jusque là. Et cette nature qui nous ait propre est un mix des 5 éléments (air, l’eau, le feu, la terre, l’ether) regroupés en 3 groupes principaux appelés doshas (ou constitution). Voilà rapidement ce qu’est la médecine ayurvédique.

Il existe plusieurs tests psychologiques sur internet ou dans les livres pour connaître sa constitution, mais il ne sont pas réellement fiables. D’un test à l’autre, ma constitution changeait. Pour connaitre ma véritable nature, il me fallait donc consulter un médecin ayurvédique.

Et ça tombait bien, puisque nous avions prévu un voyage au Sri-Lanka, le pays qui a vu naître il y a plusieurs milliers d’années cette médecine ancestrale. Je partais donc avec l’idée de rencontrer un praticien ayurvédique.

Ma première expérience avec un médecin ayurvédique s’est faite à Ella, dans les montagnes de l’île. Ce jour-là, à peine arrivée, je demande conseille à un local qui me recommande chaudement un petit cabinet dans le centre du village. Après une randonnée de quelques heures qui nous avait mené jusqu’à Ella rock et un point de vue époustouflant, je redescends au pas de course vers le village, afin d’être présente lors de l’ouverture du cabinet à 16H30. Je prends place sur l’une des chaises en plastiques déparaillée devant le petit cabinet du docteur. Mon mari est assis à mes côtés et fait un peu la tronche d’être trainé de force. (Mais j’ai aussi envie de connaitre sa constitution).

La pièce est minuscule, un peu scabreuse (voir miteuse), sans ouverture vers l’extérieur. Je regarde autour de moi, je suis la quatrième dans la file d’attente. A vrai dire j’ai un peu honte. La queue continue de s’allonger de patients, tous locaux et tous véritablement malades (une vieille dame se tient la mâchoire avec apriori une rage de dents douloureuse, un monsieur a un bandage à la main droite, un autre renifle). Ils sont malades, ils soufrent et viennent pour être soignés (ce qui, au demeurant, ne les empêche pas de tous me sourire. Voir l’article la liste du bonheur).

Alors que moi, en tant que simple occidentale curieuse, je viens pour découvrir ma véritable nature. J’ai honte de prendre la place de ces malades. Mais voilà que notre tour arrive, j’hésite, bon maintenant que je suis là, promis je ferais rapide.

Quand j’explique au médecin la raison de notre venue, il regarde la file de ces patients et me dit peiné que ce n’est pas possible. Il m’explique que cela nécessite un examen de 30 minutes (à deux cela prendrait une heure).

Pas de soucis, je me confonds en excuse, bien sûr je n’aurais même pas du lui faire perdre son temps en me présentant. Mais il me dit tout de même de m’asseoir et qu’il va m’ausculter, pour voir si je suis bien équilibrée.

Il prend alors mon pouls pendant quelques minutes, me fait tirer la langue (miroir de l’âme en ayurvédique parait-il) et m’annonce que j’ai des tensions dans le bas du dos et les épaules (oui effectivement) qui s’expliquent par un problème aux hanches. (je reste abasourdie, j’ai effectivement une hanche plus haute d’un centimètre et demi, mais autant vous dire que ça ne se voit absolument pas à l’oeil nu, je l’ai appris il y a quelques années par une couturière qui reprenait un de mes pantalons et qui devant mon petit ami de l’époque m’avait gentil foutu la honte, en m’annonçant sans ménagement que ma hanche droite était plus haute que la gauche). Bref, j’étais surprise.

Il poursuivit en m’annonçant que je risquais d’avoir quelques problème d’articulations à l’avenir, surtout dans les genoux, et effectivement ils craquent méchamment lorsque je les plie. Et enfin que j’ai des toxines dans le corps qu’il faudrait que j’évacue. Comment ? je lui demande. Laxatifs, me chuchote-t-il. Hum Sympa.

Bon et bien voilà, je voulais savoir, je sais ! Je repars un peu dépitée avec un problème de hanche insoupçonné, un futur dans lequel l’arthrite sera mon quotidien et des toxines dont il faut que je me débarrasse, d’une manière peu sympathique.

Dépitée, mais pas moins découragée. Je veux toujours découvrir mon Prakrit (nature).

Une fois arrivée à Tallala beach, j’y découvre un cabinet ayurvédique. Et je décide de réitérer l’expérience. Cette fois-ci je prends rendez-vous pour une consultation en expliquant bien mon souhait.

Le médecin me reçoit. Il me demande de tendre mon poignet droit, puis gauche, il prend mon pouls pendant de longues minutes, ils me posent quelques questions. (Cette fois-ci je ne tire pas la langue)

Il me parle de nouveau de mes genoux, de nouveaux de mes hanches et de mes tensions dans le bas et le haut du dos. Décidément.

Et enfin le diagnostic tombe, il me donne ma nature, la constitution avec laquelle je suis née. Je suis hyper surprise car cela ne correspond pas du tout au test fait auparavant dans les livres et sur internet. Vous êtes sûr ? il opine du chef, à 100% m’assure t’il. Mais enfin je veux dire, vraiment sûr ?! Pas de doute. Il me dit que mon mode de vie ces dernières années a pu m’éloigner de ma véritable nature et que pour éviter les maladies futures, il faudrait que je me rapproche de mon Prakrit (nature).

Je décide donc de commencer par une purification superficielle de 3 jours. (superficielle car normalement le traitement dure au moins 7 jours, mais je ne les ai pas).

Pendant 3 jours je mange donc exclusivement végétarien, pas d’excitant comme le café ou l’alcool. Mais open bar sur les fruits, les légumes et les épices.

Chaque jour le matin, j’a un traitement de 2 à 3 heures, censé m’aider à éliminer les toxines emmagasinées dans mon corps et dans l’esprit, grâce des massages hyper vigoureux (parfait contre la cellulite ;), ou des techniques plus soft.

Le shirodhara, par exemple, est une technique ayurvédique vielle de plus de 5000 ans, et qui consiste à verser un filet d’huile de sésame agréablement chaude sur votre front pendant 30 minutes. Cette méthode permet de relâcher totalement le système nerveux et de mieux irriguer votre cerveau. Vous en ressortez avec, outre les cheveux extrêmement gras, un bien-être profond et un grand calme intérieur.

Le marma massage est quant à lui extrêmement douloureux et ne peut être pratiquer que par un médecin ayurvédique car il nécessite une connaissance poussée du corps humain. Celui-ci possède 107 points marma ( ce qui veut dire secret – caché) , ce sont des jointures où les muscles, articulations, veines se croisent. En appuyant fortement dessus, le médecin est censé libérer le flux énergétique et le rééquilibrer dans tout le corps.

Tout comme nos médecins occidentaux, les praticiens ayurvédiques doivent étudier 9 ans à l’université avant de pouvoir exercer.

Après 3 jours de soins, je me sentais comme régénérée, légère comme une plume et l’esprit apaisé. Remplie de bien-être, je souriais constamment.

Je pense que je recommencerai de temps à autre ce genre de cure régénératrice.

Si vous souhaitez en apprendre plus sur l’ayurvéda, je vous conseille le livre du docteur Chopra, « Santé parfaite ». C’est un livre passionnant.

 

Pour plus d’infos sur le Sri-Lanka, vous pouvez lire les articles suivants :

La liste du bonheur, ce que j’ai préféré au Sri-Lanka

Organiser ses vacances au Sri-Lanka

Rituel Bien-être au Sri-Lanka

Surfer au Sri-Lanka

 

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 0 Pin It Share 0 0 Flares ×