Le syndrome de l’explorateur


0 Flares

0 Flares


×


le syndrome de l'explorateur, temple balinais, région Ubudle sydrome de l'explorateur, préparer son voyage au sri lanka

 

Quand j’étais petite, avant chaque départ, mon père me répétait que la préparation d’un voyage faisait partie intégrante du plaisir de partir.

Et c’est vrai !

Il m’a transmis le goût pour la découverte et le syndrome de l’explorateur.

Aujourd’hui je prépare toujours un voyage avec l’excitation et l’anxiété que Marco Polo devait avoir avant de prendre la mer.

Sauf que moi j’ai le mal de mer, donc je prends plutôt l’avion.

C’est donc avec beaucoup de plaisir, d’excitation et une douce montée d’adrénaline que j’ai préparé notre voyage au Sri Lanka. J’ai étudié l’itinéraire, l’histoire du pays, la culture. J’ai chiné des hôtels catégorie « perle rare », débusqué un centre de soin ayurvédique, déniché une rando du bout du monde, trouvé cours de surf, checké les to do :

  • Maillot de bain bleu, check
  • Maillot de bain à pois, check
  • Maillot de bain brésilien, check
  • Lunette de soleil, check
  • Esthéticienne, oups !

Bref, le parfait voyage pour nous, organisé selon nos envies et notre budget. Tout en laissant une belle part à l’improvisation et surtout à l’imprévu.

Ma valise est presque bouclée, et sur le coin de mon lit je vérifie une dernière fois sur mon billet d’avion électronique, l’heure de départ. Rêveuse, je repense au premier voyage que j’ai fait seule.

J’avais 18 ans et je partais à la découverte de Londres pour une semaine. Je me rappelle cette anxiété de partir seule mêlée à ce sentiment d’excitation que tout était possible ; et cette certitude bien ancrée que la vie est faite d’expériences.

Lors de ce séjour j’avais aussi compris que voyager est bien-sûr une occasion de s’ouvrir au monde mais surtout d’en apprendre un peu plus sur soi.

Car un voyage créer un drôle de phénomène antinomique, il est autant porté sur la découverte de l’inconnu, l’ouverture aux autres, qu’il est introspectif.

Pour ma part c’est d’ailleurs souvent sur le chemin entre deux points que j’ai pris les plus grandes décisions de ma vie.

Tout ça pour vous annoncer qu’à mon retour, il risque bien d’avoir quelques changements sur ce blog !

PS : Qu’est ce que le syndrome de l’explorateur me demanderez-vous ? C’est cette montée d’adrénaline, cette douce anxiété de l’imprévu, ce sentiment de ne pas tout maitriser, ce questionnement de l’inconnue, cette excitation de la découverte, ce sentiment de liberté qui nous annonce que tout devient possible. Une fois qu’on y a goûté, c’est pour la vie. Et plus la durée du voyage est longue, plus le syndrome augmente.

Alors merci les parents de m’avoir transmis ce si fantastique syndrome.

Vous avez déjà ressenti ça vous aussi ? Et vous comment préparez-vous votre voyage ! N’hésitez pas à partager en commentaire.

Bisous

le syndrome de l'explorateur, photo de Bali, région Ubud

 

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 0 Pin It Share 0 0 Flares ×